Taxes, impôts et mondialisation : où en sommes-nous actuellement?

La mondialisation a permis à tous les pays de mieux s’ouvrir à l’extérieur. Les échanges sont devenus plus dynamiques dans tous les domaines.

Dans la branche de l’économie et des affaires, la globalisation facilite les accords régionaux et internationaux qui ont servi de levier de croissance à de nombreux pays. Toutefois, il est utile de préciser que les régimes fiscaux ne sont pas toujours les mêmes pour les différentes régions du monde.

D’un côté, la différence des niveaux de prélèvement pénalise certains, tandis qu’elle permette à d’autres d’attirer facilement les investisseurs. De l’autre, le fait de pouvoir être exonéré de certains impôts et taxes est même perçu comme un véritable avantage par les entrepreneurs.

De nouveaux mécanismes fiscaux nés des pratiques offshores

La création de société offshore est l’un des plus grands leviers d’optimisation fiscale actuelle. Le principe se base sur la réalisation de profit à partir des dispositifs de législation fiscale étrangère. De cette approche particulière découlent de nombreux mécanismes fiscaux. Captives d’assurances, holdings, IBC, les modèles sont nombreux.

Certains sont même renforcés par un cadre juridique spécifique qui fait qu’il est même possible de mettre en place des banques et institutions offshores ou encore d’effectuer des activités boursières en se basant sur cette pratique.

Une optimisation fiscale de plus en plus mondialisée

Si l’idée d’une fiscalité globale est encore loin d’être adoptée par tous les états, des efforts sont aujourd’hui réalisés dans ce sens. Les dirigeants estiment, en effet, qu’il est mieux que les régimes soient à peu près les mêmes dans chaque région.

Ainsi, en Europe, les pays membres de l’Union essayent de trouver un terrain d’entente sur les ressources à mettre en œuvre pour la mise en place d’une fiscalité commune. L’impôt européen devra pourtant être équitable. Ce qui ne facilite pas vraiment la tâche des décideurs.

Pour le moment, ces derniers ne sont d’accord que sur une chose : l’utilité de l’optimisation fiscale internationale pour les entrepreneurs.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *